L’abandon n’est pas si simple!

Abandon

Vous l’avez peut-être remarqué mais, depuis l’ouverture du blog, je ne vous ai parlé, ni d’objectif personnel, ni d’entraînement actuel et la raison est simple, je suis (plus ou moins) blessé. La blessure, le mot que l’on refuse toujours de prononcer, le « Voldemort » du sportif… La preuve!!! Je trouve encore le moyen d’écrire « plus ou moins » alors que cela fait plus de trois semaines que je suis incapable de suivre un entraînement régulier et productif.

Au début on lève le pied, on se dit que ça va passer, que ce n’est quand même pas une « petite gêne » qui va nous arrêter. Puis à force d’acharnement, la « gêne » devient une douleur qui va vous pourrir la vie et le running…

L’écoute du corps est clé de la réussite

Pour ma part, ma « petite gêne » a commencé la semaine du 13 avril, ça tirai dans la jambe droite, mais pas de vraies douleurs identifiables, je prends la décision de me reposer la semaine complète et décide de tenter une sortie le 17 avril, cela sera un véritable échec… au bout de 8 min et un petit kilomètre parcouru s’en est trop, il s’agit la de douleur, comme une crampe géante dans le fibulaire droit…

Remise au repos complet, massage, bain de récupération et passage chez l’ostéo, d’un commun accord avec mon coach et mon ostéo je retente une vraie sortie le mardi suivant tout va mieux, je suis capable de faire ma séance sans soucis, l’objectif de mon 10 km très vallonné du 8 mai reste toujours envisageable!!!

Le 25 avril, je m’aligne au départ de la boucle du diabète à Vincennes, sans objectif réel, cela permettait surtout de voir les copains, mais au bout de 4 km ma bonne copine la « petite gêne » fait une apparition, je décide de tout stopper tout de suite, il ne s’agissait pas d’une course au programme aucune raison d’insister. Je m’arrête mais j’ai déjà très mal, trop mal…

Je décide de couper encore jusqu’au 2 mai, tout va beaucoup mieux, je pars pour une rando trail aux alentours de chez moi, le concept est simple, tu prends ton sac à dos et tu vas te balader en alternant course et marche pour en profiter au maximum, tout se passe à merveille, je boucle mon « premier semi » non officiel, s’en suivra une mini récupération le lendemain, et une sortie le mardi.

Petite gêne deviendra grande!

Mais nous voilà le 7 mai, veille de mon 10km et je rentre du travail en boitant plus qu’il n’en faut, il ne s’agit plus de petite gêne, aujourd’hui, mon fibulaire est en béton armé, je songe à l’abandon (j’y songe seulement…). Après un bain délassant, un bon massage à l’Argel7 et un peu d’ostéo, je me couche tôt et décide de faire le point le lendemain, évidemment la décision de courir était déjà prise, ce que je fis en 55min42s pour boucler les 10km de ce parcours très difficile (D+ 110).

Depuis ce jour, je ne peux plus m’entraîner… j’ai tenté quelques sorties, mais en vain, ma douleur (blessure) à la jambe est devenu trop grande, trop handicapante…. Évidemment, je suis passé chez mon podologue qui a fait les réglages nécessaires et m’a demandé de changer de chaussures (pour lui les ultraboost sont de belles chaussures pour aller boire des coups entre pôtes, mais pas faites, pour moi, pour courir…).

Aujourd’hui, le 30 mai 2015, nous sommes à 14 jours de ma prochaine course, les foulées sauvages de Thoiry, trail de 15km (D+ 200m environ), ce matin ma tentative de sortie s’est encore mal passé, cela entraîne deux choses, j’ai pris rendez-vous chez mon médecin du sport (que je vois mercredi) et surtout la plus dure de toutes les décisions que j’ai eu a prendre jusqu’à aujourd’hui dans ma « carrière » de « runner »,

« J’abandonne »

Je ne serai pas au départ de cette course qui me faisait tant envie et surtout qui devait me servir de trail découverte pour ma Saintesprint de Décembre, mais je dois me soigner,

Alors, apprenez à bien peser le pour et le contre de vos décisions, car si vous vous trompez, généralement, c’est bien trop tard que vous le saurez…

3 comments on “L’abandon n’est pas si simple!

  1. Ce ne sont jamais des décisions facile, on recule toujours devant cette orise décision…. Décider d’abandonner et ne pas de blesser plus et tout autant courageux que de prendre le départ… Ne lâche rien mon Greg

  2. je suis tout à fait d’accord l’écoute du corps est essentielle. Il vaut mieux faire une petite pause et étre bien rétabli que de vouloir pousser et se blesser plus longuement.

    C’est avec plaisir que j’ai répondu à ta question sur le manchon d’hydratation sur mon blog, n’hésite pas si tu as d’autres questions.

    Merci à bientot

Laisser un commentaire